in ,

« Tales », l’après-travail qui réinvente le réseautage !

Organisées par AfricTales, les soirées « Tales » sont nées de la volonté de quatre amis souhaitant réunir la diaspora autour de la présentation des talents issus de leur réseau. C’est avec un grand engouement que la première « soirée Tales » a eu lieu le 30 Juin 2017 à Pantin, en proche banlieue parisienne, dans le cadre distingué du restaurant Le Plate’s. L’occasion pour Anaïs, Nelly, Hermann et Diane de convier les participants à un grand dîner de réseautage mariant convivialité et sympathie

Pourquoi « les Soirées Tales » ?

Pour mettre en lumière les personnalités de la diaspora qui osent, qui bousculent les codes et qui inspirent leurs pairs tout en permettant la rencontre des membres de la diaspora. Les soirées « Tales » offrent ainsi l’opportunité pour tous de partager des réalisations, des savoirs et de tisser des relations, en créant tout simplement un vaste réseau. S’enrichir des histoires respectives de chacun, des défis, des réussites personnelles, des passions et des projets, autant d’enjeux que les soirées « Tales » ont pour but de réaliser avec un objectif affiché très simple : celui de créer des synergies !

AMINA est allé à la rencontre de l’équipe de la première soirée Tales :

Diane Anawi, présidente d’AfricTales, organisatrice de l’évènement.

Diane Anawi, présidente d'AfricTales © Photo Benjamin Reverdit
Diane Anawi, présidente d’AfricTales © Photo Benjamin Reverdit

« Cela fait depuis plusieurs mois que j’ai pensé organiser cette soirée puisque j’organise déjà dans ma vie professionnelle des forums dédiés aux ressources humaines et aux recrutements. Je voulais créer un évènement pour rassembler les talents africains ici à Paris,  des talents des diasporas et des jeunes comme nous qui vivent ici, qui ont grandi ici et qui font des choses formidables, trop souvent cachées . »

Comment avez-vous sélectionné vos 4 premiers Talents ?

« Je connaissais depuis longtemps déjà Anita Massouka, Edem Lambouh et j’avais été alors séduite par leurs projets lorsque nous en avions discuté. Nathalie Avomo Essono et Mulaye Fanny sont des connaissances d’Anaïs qui co-organise avec Nelly, Hermann et moi cet évènement. Anaïs m’a très tôt parlé du dynamisme de ces deux jeunes et j’ai beaucoup apprécié leur parcours. »

La première soirée Tales à remporter un vif succès, avez-vous été surprise ?

« En partie oui ! Car nous avons dû à regret refuser du monde ! Je savais cependant au fond de moi que le concept allait intéresser beaucoup de monde, car il n’existe pas beaucoup d’occasions où l’on peut venir tranquillement avec l’esprit libre pour développer des liens relationnels et son réseau. J’ai voulu que cet évènement soit quelque chose de simple, pour que tout le monde se sente à l’aise sans trop de « farotage ». L’important est de venir échanger, de parler et de faire des contacts, pour avancer dans leur vie professionnelle. C’est le but de Tales et l’on va continuer cela . »

Quel bilan faites-vous de cette première édition et quelles sont vos ambitions pour la suite.

« Pour notre première soirée, 90 personnes se sont rencontrées et ont fait connaissance. Tous ces gens qui n’étaient pourtant pas amenés à se connaître ont pu échanger leurs cartes de visite et partager un bon moment ensemble. Je pense qu’ils reviendront plus nombreux pour l’édition suivante, accompagnés de nouvelles personnes désireuses d’échanger également ! Idéalement, j’aimerai organiser une soirée « Tales » tous les 3 mois, car il faut savoir que nous avons tous une vie professionnelle et familiale et que les soirées Tales sont pour nous une activité en plus. La prochaine édition sera donc à la rentrée, fin septembre ! »

Anaïs Symenouh est juriste financier dans une grande banque française, elle a mis son expérience juridique et ses réseaux au service du projet.

Anaïs Symenouh co-organisatrice des soirée Tales © Photo Benjamin Reverdit

Anaïs Symenouh co-organisatrice des soirées Tales © Photo Benjamin Reverdit

 « C’est l’union qui fait la force ! » J’ai sauté sur l’occasion dès que Diane m’a parlé du concept. J’avais déjà dans l’idée d’organiser quelque chose d’assez informel s’inspirant d’une « Tea Party » dans un format plus réduit et il fallait saisir l’occasion de faire quelque chose de bien. Je crois que nous avons tous été comblés. Nous avons cherché à maximiser les occasions d’échange, car il y avait un réel besoin de mise en contact. Il fallait promouvoir des gens que notre réseau ne connaissait pas. J’ai pour ma part rencontré Mulaye alors que nous étions à l’école ensemble tandis que ma rencontre avec Nathalie s’est faite par l’intermédiaire d’une amie commune. Nous nous sommes rencontrés en allant à une braderie et l’on a tout de suite accroché. Nous avons tous apporté une plus-value et nous sommes fiers de cette première édition. »

Qu’est-ce donc que la galerie des blasons ?

« C’est un petit plus pour se trouver rapidement ! La galerie des blasons regroupe la présentation de chaque participant, avec son métier, ses gouts et ses rêves. Chacun se retrouve dans la galerie des blasons, cela permet d’un coup d’œil de repérer qui est là et comment l’on peut facilement prendre contact et commencer à échanger avec lui. »

Nelly Charles est contrôleuse financière d’entreprise et experte en analyse et stratégie financière dans l’industrie pharmaceutique.

Nelly Charles co-organisatrice des soirées Tales © Photo Benjamin Reverdit

Nelly Charles co-organisatrice des soirées Tales © Photo Benjamin Reverdit

« J’ai rejoint très naturellement le projet qui avait beaucoup de sens pour moi. Je me suis principalement occupée de la logistique, de la recherche du lieu, des fournisseurs ainsi que de la communication, en portant l’idée auprès de mon réseau. Nous avons eu des retours très positifs de la part des participants qui ont adhéré très facilement en mobilisant largement parmi leurs connaissances. »

Qu’est-ce qui distingue les soirées Tales des autres évènements d’animation réseau ?

« La simplicité et l’accessibilité quelques soit le niveau social des participants. Il existe bien d’autres organisations mais elles sont très élitistes, alors que notre mouvement s’adresse à tous afin que la participation de chacun rende le réseau concret et le fasse vivre. Au niveau de leurs attentes, les personnes ont soif de concret, et surtout d’une dynamique pérenne qui permette d’agir, en apportant des solutions à des problématiques de recrutement, de collaboration, de financement, ou encore d’investissement. »

Animateur de la soirée, Hermann Ayosso, est dirigeant d’ACM conseil, une société spécialisée dans le coaching des managers et dans la prise de parole publique.

Hermann Ayosso PDG d'ACM Conseil © Photo Benjamin Reverdit
Hermann Ayosso PDG d’ACM Conseil © Photo Benjamin Reverdit

« J’ai réalisé le plus gros de ma carrière à Londres et je collabore très fréquemment avec Afric Search comme conférencier dans leurs différents salons à travers le monde. À travers mon activité de conseil dans le domaine de la formation en entreprise, j’ai mesuré à quel point il était important de considérer les plus-values apporter par les personnes en tant que réelle force pour l’entreprise, pour se démarquer, et pour gagner des marchés. Ce soir pour notre grande première, nous avons organisé un très bel évènement. Nous avons l’ambition de transformer cette dynamique en un véritable mouvement pour créer et souder une communauté d’afro-européens conscients et unis à même de réaliser des choses extraordinaires ! »

Quel est votre vision des « soirées Tales » ?
« Tales » vient répondre à un besoin de la diaspora trop peu souvent accompagné, celui de s’unir et de se côtoyer. Nous avons les mêmes diplômes, nous avons les mêmes expériences, nous sommes dirigeants d’entreprise et l’on a envie d’avancer dans nos sociétés qui sont des sociétés vastes, se trouvant finalement entre la France et l’Afrique . »

Qui sont les quatre Talents de la première soirée Tales ?

Anita Massouka PDG d’AfrikAvenue

Anita Massouka, PDG d'AfrikAvenue © Photo Benjamin Reverdit
Anita Massouka, PDG d’AfrikAvenue © Photo Benjamin Reverdit

Anita Massouka est une jeune femme brillante et dynamique d’origine camerounaise.  C’est avec des amies afro-caribéennes qu’elle a fondé AfrikAvenue, une plateforme de vente en ligne généraliste révolutionnant le commerce ethnique formant un véritable pont entre l’Europe, l’Afrique et la Caraïbe. Son concept et sa thématique ethnique permettent aux particuliers et aux professionnels d’acheter, de vendre ou de revendre des produits neufs ou d’occasion dans diverses catégories comme la mode, les cosmétiques, la technologie, l’univers de la maison ou encore la culture et l’art. AfrikAvenue ambitionne de devenir l’« Amazon » de l’ethnique. Disposant de facteurs de réussite forts, dont un système très innovant de livraison en Afrique, la plateforme permet notamment d’héberger la boutique en ligne des créateurs du monde entier.

Edem Labouh directeur du laboratoire Aunéa Cosmétique

Edem Labouh PDG d'Aunéa Cosmétique © Photo Benjamin Reverdit
Edem Labouh PDG d’Aunéa Cosmétique © Photo Benjamin Reverdit

C’est en 2010 que le Togolais Edem Labouh crée le laboratoire Aunéa cosmétique après avoir constaté qu’il n’existait pas sur le marché officinal de gamme de produits dédiés aux bébés et aux enfants ayant la peau noire, mate ou métissée. Souhaitant inciter les mamans à ne plus dépigmenter leur peau ainsi que celle de leurs enfants, le laboratoire Aunéa a lancé en pharmacie et parapharmacie une gamme complète de produits pour bébés et enfants élaborés en partenariat avec des dermatologues. L’ensemble des produits de la marque Aunéa (qui signifie « donner » en Mina) ont la particularité de fournir une hydratation maximale, grâce au beurre de karité qui contient les vitamines A, D, E, et F protégeant la peau des agressions extérieures en la rendant souple, confortable et en la nourrissant en profondeur.

Moulaye Fanny, ingénieur et pâtissier

Moulaye Fanny, ingénieur et patissier © Photo Benjamin Reverdit
Moulaye Fanny, ingénieur et pâtissier © Photo Benjamin Reverdit

Moulaye Fanny est un jeune cadre parisien né en Côte d’Ivoire, dont la polyvalence ne cesse de surprendre. Ingénieur de métier, il partage avec générosité sa passion pour la pâtisserie à travers son blog « Sweet and Treat ». De la tarte au citron, au Paris-Brest revisité, en passant par un cheesecake magistralement artistique, Moulaye n’échoue jamais lorsqu’il s’agit de réveiller en nous les gourmands qui y sommeillent. Véritable invitation au voyage sensoriel, ses savoureuses créations culinaires subliment toujours le goût de ses convives.

Nathalie Avomo Essono, ingénieur en bâtiment et auteur

Nathalie Avomo Essono présente Le Petit Manuel du Cheveu Crépu © Photo Benjamin Reverdit
Nathalie Avomo Essono présente Le Petit Manuel du Cheveu Crépu © Photo Benjamin Reverdit

Amoureuse de la vie et passionnée de voyages, Nathalie Avomo Essono est ingénieur en bâtiment à Paris. Lorsqu’elle n’exerce pas son métier, cette jeune femme pétillante d’origine gabonaise s’intéresse à la beauté noire et aux cultures africaines. C’est ainsi qu’elle a publié en juillet 2016 « Le Petit Manuel du Cheveu Crépu », un livre sur l’entretien des cheveux crépus, dans lequel elle partage de nombreux conseils et astuces. Né d’un projet issue d’une campagne de financement participatif dont l’objectif fixé a été largement dépassé, « Le Petit Manuel du Cheveu Crépu » est depuis vendu dans plusieurs points de vente en France mais également au Gabon, en Côte d’Ivoire ou au Sénégal.

Par Benjamin Reverdit

Contacts et liens utiles :

talesafterwork@gmail.com
www.afrikavenue.com
www.aunea-cosmetique.fr
https://www.facebook.com/lpmdcc/

Facebook Comments

Vous aimez cet article ?

Written by Roger Calmé

Quand faut-il confier ses cheveux à un professionnel ?

Quelles astuces pour réussir parfaitement le maquillage de ses paupières?