in

Une sénégalaise risque la peine de mort en Arabie Saoudite

Mbayang Diop, ressortissante sénégalaise, est actuellement détenue par les autorités saoudiennes. Cette dernière est accusée du meurtre de son employeur, une Saoudienne chez laquelle elle officiait en tant que femme de ménage. Mbayang Diop n’a pas nié ce crime, expliquant son geste par des faits de maltraitances dont elle était victime.
600 000 francs CFA, c’est la somme qui a été promise à Mbayang Diop en échange de ses services. Une somme plus que conséquente, qui lui a été proposée par un réseau de trafiquants, dont la charge est d’importer de la main-d’œuvre en direction des pays du Golfe. Mbayang Diop est donc embarqué pour l’Arabie Saoudite. Une fois sur place, c’est la désillusion. Son passeport lui est confisqué et son quotidien rythmé par les maltraitances.
En 2013, le traitement de la main-d’œuvre issue de l’immigration créait déjà l’effroi, suite à la diffusion d’une vidéo montrant un Saoudien frappant sauvagement un ouvrier asiatique avec son agal, corde retenant le couvre-chef de la tenue traditionnelle saoudienne. Ces cas de maltraitances ont également été observés au Liban, pays situé dans la même région. En 2014, Human Rights Watch comptabilisait 200 000 employés de maison étrangers,qui travaillent dans des conditions calamiteuses à Beyrouth et ses environs. Les sévices subis vont du passage à tabac, en passant par la privation de nourriture ou de sommeil, aux abus sexuels pour les faits les plus graves.
Pour l’heure, un collectif de soutien à Mbayang Diop a été créé, ainsi qu’un hashtag sur les réseaux sociaux, #SauvonsMbayang, afin de dénoncer ces pratiques propres à un esclavage moderne.
Auzouhat Gnaoré
 

Facebook Comments Box

Vous aimez cet article ?

Written by Roger Calmé

Idris Elba dans la peau de James Bond?

Côte d'Ivoire : Tatiana Rojo reçoit le prix de l’excellence des arts vivants