in

Poésie: Demain, est-ce que ça existera encore ?

Koloko a vingt ans. Elle vit dans un quartier populaire au Mali. C’est ici qu’elle a grandi, qu’elle a eu ses premiers rêves, qu’elle a écrit ses premiers mots. Kokane aime la poésie et l’amour qui fait les plus beaux textes.

Écrire et aimer, c’est si compliqué ? Nous avions reçu, à l’automne, ses premiers textes. Ils disaient à chaque ligne l’espoir de demain. La vie qui commençait. Aujourd’hui, c’est dans la couleur de l’air, le silence et la lumière, quelque chose a changé. Elle a de la peine à savoir, à comprendre, pourquoi tout est si étrange.  
Sa liberté reviendra-t-elle ?

La photographie est de Seydou Keïta… et c’est un grand monsieur.

VIE

A chaque fois je me réveille de mon sommeil
J’aperçois le monde autrement.
Je vis la nuit comme le jour,
Je ne sens plus cette vie d’avant,
Comme l’impression que je ne vis plus dans ce monde de liberté,
Un monde où l’on pouvait sortir quand on le voulait.

Je ne vis plus le jour
Mais je vis le moment,
Je ne vis plus la nuit mais je vis les secondes,
Je ne respire plus l’air mais je vis le temps.

Et ce temps m’attrape chaque jour que je vis dans monde.
Comment voudriez-vous que je sente, que je me sente
Dans cette vie où je serai toujours inquiète

De ce qui m’arrivera demain,
Une vie où ma liberté ne sera plus?

Koloko Kanté

RC
Photo Seydou Keïta

Koloko Kanté

Facebook Comments

Vous aimez cet article ?

Written by Roger Calmé

Agnes Kalibata: agriculture africaine en attente de semences

Cuisine : Il y a de la friture sur la ligne