in , ,

Haneek.s : le dessin pour passion

Diplômée en arts graphiques, Haneek.s a choisi le dessin pour profession. Illustratrice free lance, elle a toujours été attirée par le monde virtuel du dessin animé.

Elle explique : « J’avais cette sensation étrange de pénétrer des mondes imaginaires et de pouvoir effacer les imperfections de la réalité par l’intermédiaire de ces images. C’est certainement ces éléments qui m’ont interpellés dès toute jeune ».

Elle décide de prendre Haneek comme pseudo non en hommage au personnage de Star Trek mais parce que c’est original et facile à retenir.

Elle continue : « Le pseudo n’a rien de très romanesque. J’ai juste ré-orthographié mon prénom qui était un peu trop commun à mon goût ! Au fil du temps, et avec la création des accessoires, il a effectivement pris le rôle d’une marque, et j’en suis ravie. »

Ses créations sont inspirées des tendances urbaines de l’Afrique. « Ce que je cherche à explorer ce sont les codes de la culture africaine, avec des bijoux, des tissus, les coiffures, et autres. Quoi qu’il en soit, toutes les grandes villes sont forcément cosmopolites, et c’est pour cela que je ne mets pas de pays en avant plutôt qu’un autre, du moins pas dans les dernières illustrations. »

Elle insiste : « L’Afrique est une partie de moi, cette attirance est forcément naturelle. Mon premier voyage au Sénégal, il y a quelques années, m’a confortée dans le fait que mes origines antillaises n’empêchent en rien de me sentir habitée par des sonorités, des couleurs, une culture et d’autres caractéristiques qui font le charme du continent africain. »

Sa plus grande d’inspiration : la femme. « C’est une source inépuisable qui a tellement de facettes. D’autant plus qu’il est plus confortable pour une femme de rendre hommage à ses semblables. Mes modèles de réussite sont les femmes de ma famille qui parties de rien ont bâti leur vie en métropole, comme tant d’autres ».

Ses dessins se déclinent sur tous les supports. Sur sa boutique en ligne (haneek-s.afrikrea.com), elle propose aussi bien des sacs en coton que de coloriages. « J’ai une préférence pour les livres de coloriage car même si c’est un travail de longue haleine, il permet vraiment d’apporter un support original. Et de manière générale,  je trouve que tout ce qui touche au travail manuel est source d’apaisement. »

Elle illustre également des livres pour enfants, activité qu’elle apprécie. « C’est une sorte de pansement aux blessures que j’ai pu avoir enfants, lorsque je recherchais des personnages qui me ressemblaient dans les livres jeunesses. Cette quête s’est avérée vaine, et cela a nourri mon besoin de proposer ces personnages. »

Actuellement elle travaille avec  Venessa YATCH, avec qui elle a déjà réalisé deux ouvrages, « J’ai mal à mes cheveux » et  » Rêve plus haut que la tour Eiffel ». Son personnage principal est une petite fille qui se prénomme Khadi. Elle reste ouverte à toutes les propositions, l’édition étant pour elle « un vecteur primordial pour l’estime de soi » .

Elle est également sur un projet pédagogique, pour lequel elle conçoit des illustrations dans le cadre d’un partenariat avec un site internet, et continue de faire évoluer son site web. « Les tâches sont très variées, mais toujours tournées vers l’illustration » termine-t-elle.

Pour retrouver Haneek.s :

La boutique:https://haneek-s.afrikrea.com/fr
Le site web:haneek-s.com e lien :
Le lien https://haneek-s.com/downloadable-coloring-books/ instagram: @haneek.s_illustration

Facebook Comments

Vous aimez cet article ?

0 points
Upvote Downvote
CORONAVIRUS AFRIQUE

Covid-19 : 10 millions d’Africains pourraient être infectés selon l’OMS

Beyond Vocal sa : du talent à revendre!