in ,

Ebola, Covid-19 : révélations troublantes sur un laboratoire russe

NOVOSIBIRSK REGION, RUSSIA - MARCH 17, 2020: An aerial view of the VECTOR State Research Centre of Virology and Biotechnology, where COVID-19 tests of Russian citizens are sent for processing; the centre conducts research on agents of dangerous diseases, develops methods of their diagnosis and medical treatment. TASS

Depuis le début de la pandémie de Coronavirus, de folles rumeurs circulent sur ses origines. Et le vaccin. Ce matin, le quotidien français « Le Figaro » met en lumière un mystérieux laboratoire russe, le centre « Vektor », concu à l’origine pendant la guerre froide pour mener une guerre bactériologique. Rien que ça.

Ultra-sécurisé, inconnu du grand public, mais au coeur de la pandémie mondiale, le centre « Vektor » attise aujourd’hui les regards, et les convoitises. Le très sérieux quotidien français Figaro le décrit comme un « ancien centre de développement d’armes biologiques de l’époque soviétique, l’une des deux seules structures scientifiques au monde renfermant le virus de la variole (l’autre est à Atlanta, aux États-Unis). » Selon ses informations, le centre « Vektor » conserverait aussi les souches du redoutable virus Ebola, qui a ravagé l’Afrique il y a quelques années.

A lire aussi – https://www.amina-mag.com/le-covid-19-vient-il-dun-laboratoire-chinois-de-wuhan-un-ministre-britannique-laffirme/

C’est la raison pour laquelle de folles rumeurs circulent depuis plusieurs semaines en Russie. Mais le Kremlin et Vladimir Poutine s’empressent à chaque fois de faire taire les opposants via la censure et de dures sanctions, voire enfermement. Comme nous le relations il y a quelques jours, les services de renseignements britanniques n’excluent pas que le Covid-19 sorte directement du laboratoire de Wuhan en Chine. Théorie visiblement validée par un ministre britannique, qui témoigne de façon anonyme. Mais une autre option est possible : que le virus provienne du centre « Vektor ». Evidemment, si aucune preuve ne valide cette théorie, l’opacité de ce centre de recherche renforce de plus en plus ces accusations.

A lire aussi – https://www.amina-mag.com/des-scientifiques-prevoient-450-000-cas-de-coronavirus-en-afrique-dici-debut-mai/

Si certains peuvent parler de théories du complot, les faits poussent certains à ne pas exclure cette possibilité : selon le Figaro toujours, qui décrit le rôle initial du centre Vektor,  » il s’agissait de se préparer, sur un mode défensif mais aussi vraisemblablement offensif, à une guerre bactériologique avec l’Ouest. »

Mais aujourd’hui, c’est une autre guerre qui se prépare : celle de la course au vaccin. Le centre Vektor serait probablement en mesure d’en fournir un d’ici quelques mois, et pourrait commencer des tests sur des humains volontaires à partir du mois prochain. Car le vaccin est un enjeu de plus en plus géopolitique : les Américains cherchent à recruter à prix d’or des chercheurs allemands pour être les premiers à sortir un vaccin, tandis que les russes misent sur leur centre ultra-secret et en avance sur l’étude bactériologique.

Une question se pose encore : alors que les Etats commencent à réaliser qu’une sortie de crise n’est désormais possible qu’à la faveur d’un vaccin, comment se dérouleront les tests ? En effet, les différentes procédures de tests sont longues et reportent la solution. C’est aussi l’objet d’une polémique récente sur les tests de vaccins sur les Africains.

A lire aussi – https://www.amina-mag.com/les-africains-ne-sont-pas-des-cobayes-la-polemique-enfle/

Entre rumeurs, réalités, désinformation, guerre géopolitique, nous sommes loin d’être sorti de cette crise qui risque de durer et de s’étendre.

A lire aussi – https://www.amina-mag.com/chloroquine-le-choix-de-lafrique/

Facebook Comments

Vous aimez cet article ?

Written by Redaction

Vegedream accusé de violences conjugales : « il m’a étranglé de ses deux mains »

L’art vaudou : une solution contre le coronavirus ?