in ,

« Coffin Dance » : les origines de la danse ghanéenne qui a fait le tour du monde

Le Coffin Dance Meme

Vous avez surement vu passer cette vidéo sur les réseaux sociaux. La « coffin dance » est devenue virale depuis le début de la pandémie du coronavirus. Ces six hommes, en costume, lunettes noires et chaussures cirées portent un cercueil en effectuant une chorégraphie particulière. Tellement particulière que les internautes en ont fait un hymne, une mini vidéo où on peut les voir se trémousser sur l’air techno Astronomia, de Tony Igy.

Sur Facebook, YouTube, Tik Tok et Instagram, ces danseurs ghanéens sont devenus les annonciateurs de la mort. Les vidéos montrent une scène dangereuse puis la musique commence et les porteurs de cercueil apparaissent :

Ils sont devenus un symbole du confinement avec le slogan « Stay at home or danse with us », littéralement « Restez à la maison ou dansez avec nous ». On les voit même faire une apparition sur TV3 Ghana, masques sur le visage.

A lire aussi : https://www.amina-mag.com/michelle-obama-future-vice-presidente-des-usa/

Une activité professionnelle très sérieuse

Mais loin d’être un simple hymne, ces danseurs existent vraiment. Ils sont appelés « Dancing pallbearers » au Ghana, les « danseurs des funérailles ». A la demande des familles, ces danseurs professionnels apportent un peu de joie aux enterrements. Ils se sont fait connaitre dès 2015 lorsque Travelin Sister, une youtubeuse, partage des images du joyeux cortège. Depuis, au Ghana, l’idée est devenue populaire et de nombreuses familles font appel à des danseurs. Une digne façon de rendre hommage au défunt selon eux, réuni une dernière fois avec sa famille et ses amis dans la bonne humeur.

Deux ans plus tard, la BBC leur a même consacré un reportage. Benjamin Aidoo, chef de la troupe des Pallbearers, explique dans une interview qu’il se plie aux désirs de la famille, à son choix de musique et de chorégraphie. La pratique se répand et de plus en plus de familles font appel à eux. Il a ainsi créé plus de 100 emplois pour de jeunes hommes et femmes au Ghana.

Sa façon à lui de créer de l’emploi tout en donnant le sourire aux familles ! Et nous, on valide !

A lire aussi : https://www.amina-mag.com/les-pays-riches-ne-sont-pas-prets-a-larrivee-de-maladies-comme-le-coronavirus-professeur-raoult/

Facebook Comments

Vous aimez cet article ?

0 points
Upvote Downvote

On Fête le Jazz !

Samuel Eto’o: «Il faut un sursaut d’orgueil» en Afrique face au coronavirus