in

Cannes 2017 : Palme d’Or surprise pour le film « The Square », de RubenÖstlund !

Palme d’Or pour « The Square », un film qui dénonce le politiquement correct !
Après douze jours d’intenses émotions, le 70ème Festival de Cannes, marqué par le militantisme, les femmes et les bourgeoisies contemporaines, a rendu son verdict : lors de la cérémonie de clôture qui a eu lieu dimanche 28 mai au soir, remettants et lauréats des Prix se sont succédés sur la scène du Grand Théâtre des Lumières avec comme maîtresse de cérémonie Monica Bellucci.
Présidé par le cinéaste espagnol Pedro Almodóvar, le jury a décerné la Palme d’Or au film suédois « The Square » de Ruben Östlund. La récompense suprême du 70ème Festival de Cannes a créé la surprise : ajouté à la dernière minute à la sélection officielle au Festival de Cannes,« The Square » a subtilisé la Palme d’Orà « 120 Battements par minute » qui figurait parmi les favoris à la Palme d’Or. Le réalisateur de « The Square »a animé la cérémonie en demandant à la salle et au parterre de stars présentes, de pousser un cri de bonheur avec lui, selon une tradition suédoise.
Dans son film, Christian (l’acteur danois Claes Bang), conservateur d’un musée d’art contemporain en Suède, prépare une exposition sur la tolérance et la solidarité, mais il se heurte à ses propres limites en la matière lorsque son univers bascule après le vol de son portable et de son portefeuille. « C’est un film extrêmement drôle contre la dictature du politiquement correct » a déclaré Pedro Almodóvar, même si le film n’a pas fait l’unanimité chez les membre du jury, le président préférant « 120 battements par minute » de Robin Campillo, quant à Will Smith, son choix se portait sur le film « Jupiter’s Moon » du réalisateur Kornél Mundruczó, déclarant en conférence de presse « Ce film hongrois n’est pas au palmarès et ce sont les limites de la démocratie ».
 
Grand Prix du Jury pour « 120 Battements par minute » du français Robin Campillo et Prix du Jury pour le film russe « Loveless » !
Encensé par la critique, « 120 Battements par minute » de Robin Campillo, a obtenu le Grand Prix. « 120 Battements par minute » plonge le téléspectateur dans les actions d’Act Up-Paris, association qui lutte contre le sida, ses ravages et défend les droits des séropositifs. A la fois intime et politique, le film retrace cette jeunesse terrassée par le sida qui, par la force d’union et d’actions collectives retrouve l’espoir, l’envie de se battre pour faire avancer la cause des minorités et trouver des traitements efficaces. Robin Campillo et son coscénariste Philippe Mangeot se sont inspirés de leur expérience au sein d’Act Up dans les années 90, pour raconter cette histoire « Il y a des scènes dans le film que j’ai moi-même vécus, comme rhabiller une personne séropositive morte», a déclaré Robin Campillo.
Le Prix du Jury a été remis au Russe Andreï Zviaguintsev pour son magnifique film « Loveless » (Faute d’amour), un portrait glaçant d’une société russe brutale et déshumanisée. Andreï Zviaguintsev raconte l’histoire d’un couple qui, après quinze ans de mariage, se sépare pour refaire leur vie chacun de leur côté.
Ils ont un fils mais aucun des deux ne veut s’en occuper, face à ce rejet,  l’enfant décide de fuguer. Le film raconte cette recherche, ce long calvaire pour les parents qui vont manifester, mais trop tard, leur amour pour leur enfant.
 Joaquin Phoenix a reçu le prix d’interprétation masculine pour sa prestation incroyable dans« You WereNever ReallyHere ». Surpris à l’annonce de son nom par Jessica Chastain, Joaquin Phoenix est resté de longues secondes assis sur son siège, avant de réaliser que le Prix lui ait été décerné.
 
Les femmes brillent au palmarès du 70ème Festival de Cannes !
Marqué par des films venus du monde entier posant un regard actuel sur les sociétés contemporaines, le 70ème Festival de Cannes a tenu toutes ses promesses.
L’actrice Diane Kruger a remporté le Prix d’Interprétation féminine pour son rôle de femme courageuse dans « In the Fade » de FatihAkin.
D’autres femmes sélectionnées ont par ailleurs brillé au palmarès, tout d’abord Sofia Coppola qui s’est vue décerner le Prix de la Mise en scène pour « The Beguiled » (Les Proies) et entre ainsi dans l’Histoire comme la deuxième femme à remporter ce Prix à Cannes après la réalisatrice et actrice russe YuliyaSolntseva pour son « Récit des années de feu », en 1961. Dans un discours de remerciement lu par une autre réalisatrice, Maren Ade (membre du jury), elle a remercié Jane Campion, son modèle, une inspiration pour les femmes réalisatrices – la seule d’entre elles à avoir jamais reçu la Palme d’or.
Lynne Ramsay a pour sa part remporté le Prix du scénario pour « You wereneverreallyhere », ex-aequo avec YorgosLanthimos pour « Mise à mort d’un cerf sacré ».
La Caméra d’Or, récompensant le premier long-métrage parmi la sélection officielle, Un Certain Regard et la Quinzaine des Réalisateurs, a été remis par Sandrine Kiberlain (présidente du jury de la caméra d’or) à LeonorSerraille pour son film « Jeune femme ».
Sans oublier le Prix du 70e anniversaire de Cannes remis à Nicole Kidman, présente lors de cette quinzaine avec pas moins de deux films en compétition, ainsi qu’un film et une série hors compétition, pour saluer l’ensemble de sa carrière. Absente pour recevoir son prix, Will Smith l’a imitée sur scène, en larmes « Merci beaucoup mesdames et messieurs », on lui remet la Palme de l’humour.
 
Par Maya Meddeb
 

Facebook Comments Box

Vous aimez cet article ?

Written by Roger Calmé

Le Gombo, un allié incontestable pour notre santé

Les 40 ans de la Journée nationale de l'Arbre au Togo : un bilan mitigé