in ,

Aux Etats-Unis, les noirs davantage touchés par le Coronavirus

Aux États-Unis, la communauté africaine-américaine est durement touchée par le Covid-19.

Avec plus de 12.000 morts aux États-Unis depuis le début de l’épidémie du coronavirus et plus de 4.000 rien qu’à New York, il y a une tendance qui se distingue : ce sont les Américains noirs qui sont les plus contaminés et qui meurent le plus.

A lire aussi – https://www.amina-mag.com/492-morts-du-coronavirus-en-afrique-et-10-267-cas-officiels/

Dans les états et villes qui font des statistiques ethniques – ce qui n’est pas le cas partout – les chiffres sont alarmants. À Chicago, troisième ville du pays, les Noirs représentent plus de la moitié des cas positifs et près des trois quarts des décès, alors qu’ils représentent moins d’un tiers des habitants de la ville.

Dans le Michigan, la ville de Détroit est très touchée. Les Noirs y représentent 40% des morts alors qu’ils sont moins de 15% de la population. 

A Washington, 13 des 22 morts étaient Noirs. «J’ai très peur de l’impact disproportionné que ce virus aura sur les Afro-Américains», a dit mardi la maire de la capitale américaine, Muriel Bowser, sur MSNBC. En Caroline du Nord, 31% des morts étaient Noirs, contre 22% de la population. En Louisiane, où se trouve La Nouvelle-Orléans, la disproportion est plus grande encore: 33% des habitants sont Noirs mais 70% des morts l’étaient.

A lire aussi – https://www.amina-mag.com/covid-19-le-cri-dalarme-de-najat-vallaud-belkacem-sur-lafrique/

Les raisons ?

«Nous savons que les Noirs sont plus susceptibles d’avoir du diabète, des maladies du cœur et des poumons», a dit mardi le médecin en chef des Etats-Unis, Jerome Adams, sur CBS,   ces maladies augmentent le risque de complications du Covid-19.

D’autres explications ont également été mises en avant : les quartiers pauvres et noirs ont moins de médecins et des hôpitaux de moindre qualité; les couvertures médicales des emplois de service sont inférieures à d’autres emplois mieux rémunérés ou encore les emplois d’une partie de la communauté noire, plus exposés au grand public (chauffeurs de bus, etc.).

Certains pointent même le fait que les patients noirs se voient prescrire moins d’examens et de consultations avec des spécialistes que les blancs. Ce qui serait très inquiétant. D’autres études sont à venir.

A lire aussi – https://www.amina-mag.com/cinq-heros-du-quotidien-qui-font-du-bien-en-periode-de-coronavirus/

Facebook Comments

Vous aimez cet article ?

Written by Redaction

492 morts du coronavirus en Afrique et 10 267 cas officiels

Chloroquine : le choix de l’Afrique