in

3000 morts par an

La pneumonie fait des ravages au Sénégal. Ils sont quelque 3000 enfants à mourir chaque année de cette maladie, soit 12% des décès d’enfants de moins de cinq ans. C’est ce qu’a soutenu, ce lundi 7 décembre 2015, à Dakar, le docteur Aida Gadiaga.
« C’est un crime de laisser les enfants mourir de pneumonie alors que c’est une maladie évitable. Au Sénégal, le nombre de décès annuels d’enfants dû à cette affection est 3000 », a souligné Dr Aida Gadiaga qui faisait face à la presse. Son cri du cœur est d’autant plus compréhensible que la journée mondiale de la pneumonie, célébrée le 12 novembre dernier, a eu pour thème : « Accélérer le rythme : on combat la pneumonie pour sauver l’enfant ».
Le Professeur en pédiatrie Galaye Sall, qui prenait part à cette rencontre, a rassuré qu’il y a des « avancées fortes en matière de lutte contre la mortalité infantile », avant de déplorer que « c’est inadmissible qu’il y ait en 2014, 27.000 décès d’enfants au total au Sénégal dont 3000 à 3500 du fait de la pneumonie ».
Selon le constat fait par le Professeur Sall, chaque jour au Sénégal, « 10 enfants meurent de pneumonie. Nous le vivions au quotidien. Le drame n’est pas ceux qui arrivent à l’hôpital mais ceux qui décèdent encore à domicile (…). C’est le niveau communautaire. Des actions simples comme le lavage des mains, la promotion de la vaccination et une bonne alimentation de l’enfant peuvent empêcher la mort due à la pneumonie ».
Les enfants de moins de cinq ans souffrant le plus de cette maladie, le point focal survie de l’enfant invite à « un allaitement maternel exclusif, une nutrition adéquate et veiller à la réduction de la pollution de l’air, car l’allergie augmente la pneumonie ».
@Mamadou_Diop

Facebook Comments Box

Vous aimez cet article ?

Written by Roger Calmé

Nouveauté maquillage

Viols en Centrafrique