in ,

“𝗧𝗢𝗨𝗧𝗘 𝗨𝗡𝗘 𝗡𝗨𝗜𝗧 𝗦𝗔𝗡𝗦 𝗦𝗔𝗩𝗢𝗜𝗥” Lauréat de l’Œil d’Or du Meilleur documentaire au festival de cannes 2021 sort au cinéma

C’est le 1er long métrage envoûtant de l’Indienne Payal Kapadia. Un bijou de cinéma qui nous entraîne dans les peurs, les désirs et les souvenirs d’une jeunesse éprise de liberté.
 
En 2017, la jeune apprentie-cinéaste a commencé à prendre la caméra, captant la vie autour d’elle : fêtes, anniversaires ou longues siestes d’après-midi… Des moments de la vie domestique où transparaissent rêves, souvenirs ou anxiétés.
 
À ces fragments collectés s’ajoutent des rushes empruntés à des amis, des archives familiales, des manifestations étudiantes ou encore des vidéos virales d’Internet. Un tableau puissant de la jeunesse indienne 🇮🇳  commence à émerger.
 
Pour relier ces images, la cinéaste élabore un récit sur un amour interdit. Le film trouve sa forme dans les lettres écrites par L, une jeune étudiante en cinéma à K, son amant absent, et dont la voix lancinante sert de fil rouge au film.
 
Les deux amoureux avaient décidé d’être ensemble mais K a dû retourner vivre dans son village natal. Dans une société durement marquée par les différences de castes, de classes ou de religions, ils ont été séparés par les parents de K qui n’approuvaient pas leur relation.
 
À travers ces lettres qui s’étalent sur plusieurs années, on découvre une idylle interrompue par l’impitoyable système hiérarchique et les grèves universitaires et l’esprit rebelle de la jeunesse indienne. Par ce biais, Payal Kapadia met en scène une génération prise dans des interrogations personnelles et des luttes sociales plus larges, obligée de faire face aux changements drastiques..
 
Dans la lignée des films-essai de Jean-Luc Godard ou Chris Marker, TOUTE UNE NUIT SANS SAVOIR à découvrir au cinéma dès aujourd’hui !
 
Source : V.O. Le cinéma indépendant
 
Facebook Comments Box

Written by Huguette Muemba

Bijou Siraba : influenceuse Malienne et ex-copine de Sidiki Diabaté, arrêtée et déférée en prison

Surya Bonaly : l’ex-championne, évoque à demi-mot le racisme dans le patinage artistique et son exil aux Etats-Unis