Un décès en couche

Le décès en couche de la dame Yaoua K. Nadège à l’hôpital général de Marcory est sur toutes les lèvres en Côte d’Ivoire. La ministre de la Santé, qui reconnait la négligence des agents de santé, annonce cinq grandes mesures.

Yaoua K. Nadège, enceinte a trouvé la mort, le 9 novembre dernier. La négligence des sages-femmes a alors été pointée du doigt. Le ministère ivoirien de la Santé avait indiqué que la dame serait tombée du lit au moment où elle s’apprêtait à commencer le travail. Elle a succombé à ses blessures, du fait notamment de l’ambulancier qui n’est pas arrivé à temps pour son évacuation. Les deux sages-femmes qui étaient chargées de l’accouchement de la défunte ont d’abord été suspendues de leurs fonctions, ainsi que l’ambulancier avant d’être entendus par le tribunal de première instance d’Abidjan-Plateau. Les trois agents ont été reconnus coupables de la mort de Yaoua Nadège puis écroués à la Maison d’Arrêt et de Correction d’Abidjan (MACA), le mercredi 18 novembre dernier indique Koaci.

Après avoir poursuivi les sages-femmes et l’ambulancier qui ont été écroué à la MACA, la ministre ivoirienne de la santé et de la lutte contre le SIDA, Raymonde Goudou Coffie, tout en confirmant la négligence des agents, a annoncé cinq grandes mesures, pour éviter que pareil cas ne se reproduise dans un établissement sanitaire public. « J’ai trouvé dommage et regrettable qu’au lieu de compatir à la douleur qui frappait la famille éplorée, que les responsables de l’ordre des sages-femmes aient cherché à protéger leurs membres. À votre place, j’aurais gardé profil bas d’autant plus que, manifestement, il y a eu négligence des sages-femmes et mort d’homme dans cette affaire », a fait remarquer la ministre, lundi 23 novembre 2015, dans un document. Et d’annoncer une batterie de mesures.

1 – L’interdiction de réunion des ordres de santé au sein des hôpitaux

2 – L’organisation d’un atelier pour expliquer le fonctionnement du système sanitaire

3 – La révision des critères de recrutement des enseignants de l’INFAS

4 – Le renforcement de la plateforme d’échanges entre le ministère et les syndicats

5 – La nécessité de faire un point mensuel des décès maternels et infantiles des différents centres de santé y compris les CHU.

Exhortant chacune des parties à jouer pleinement sa partition afin que les Ivoiriens bénéficient d’une meilleure prise en charge des services de santé publique, la ministre a précisé que ces mesures ont pour but d’inciter les agents de santé à avoir plus de responsabilité et d’engagement dans l’exercice de leurs fonctions.

@Hamid_Diallo

Les + populaires