Septième art à Cannes 2018 : Les Noirs veulent balayer les clichés

Dans le cadre des activités du Festival de Cannes 2018, les 16 actrices françaises noires et métisses ont occupé, mercredi dernier, le tapis rouge. En fin d’après midi, elles ont dénoncé les rôles ‘’interdits’’ et les clichés ‘’racistes’’ dans le cinéma français. ‘’J’ai été imprégnée par l’air du temps, la preuve que les choses évoluent est qu’on sort les cadavres du placard », a reconnu l’actrice Aïssa Maïga, leader de ce mouvement, interrogée par ‘’France info’’.

Dans « Noire n’est pas mon métier », livre présenté avant le Festival, les actrices dénoncent, citations à l’appui, les jugements de valeur et ‘’plaisanteries douteuses’’ entendues dans l’exercice de leur métier en France.

« Pas assez africaine pour une Africaine », « Trop noire pour (jouer) une métisse »: autant de remarques ‘’blessantes’’ qu’elles ont encaissées. Emmenées par Aïssa Maïga, la comédienne à l’origine du livre collectif ‘’Noire n’est pas mon métier’’, les actrices ont été accueillies en haut des marches du Palais des festivals par la chanteuse burundaise Khadja Nin, membre du jury de la 71e édition.

« J’en avais marre des BD avec seulement des héros blancs ou les Noirs sont là pour la décoration », a lâché le réalisateur de « Black Panther », Ryan Coogler, à Cannes, à l’occasion d’une leçon de cinéma organisée dans le cadre du Festival.

La présence des Noirs à l’écran et derrière la caméra a-t-elle évolué ? ‘’Entre 1985 et aujourd’hui, c’est le jour et la nuit », a concédé Spike Lee, janvier dernier, sur la chaîne Viceland. « Mais nous ne pouvons pas être satisfaits », a insisté le réalisateur américain, qui a fait son retour à Cannes lundi avec « BlacKkKlansman », l’histoire ‘’vraie’’ d’un policier afro-américain infiltré parmi des membres du Ku Klux Klan: « Il ne s’agit pas seulement de faire un film. Nous devons accéder à ces postes-clés pour avoir notre mot à dire sur ce qui se tourne ».

Pape Nouha SOUANE

Les + populaires