Ruby, la comédienne qui décolle grâce à ses drôles de vidéos sur facebook

A l’origine de la web-série « Colocations entre filles », c’est avant tout facebook qui l’a propulsée. Yvonne Akono, connue sous le nom de Ruby Comédienne, a aujourd’hui plus de 400’000 fans grâce à ses vidéos humoristiques. A à peine 25 ans, la jeune rouennais originaire du Cameroun est un emblème de la génération connectée à qui la toile permet de décoller. Interview.

Le point de départ : « Colocation entre filles »

Née à Zoétélé, au sud du Cameroun, Yvonne Akono y passe son enfance avant de s’installer dans un petit village près d’Orléans en 2006 avec sa famille. Installée à Rouen, elle devient alors coiffeuse tout en gardant en tête son souhait d’être comédienne. Après être apparue dans la web-série d’Aicha Kamoise, Les Aventures Kamoises, Ruby décide de lancer sa propre web-série avec une bande de copines. Né alors « Colocation entre filles » qui, comme le titre l’insinue, raconte le quotidien et les péripéties de filles vivant en colocation. Le tout est fait maison, financé par leurs fonds et filmé à l’I-Pad. Posté en 2013, le premier épisode de la web-série, diffusée sur YouTube, trouve très vite son public.

Puis deux saisons s’enchaînent qui ont permis de rassembler en moyenne près de 150’000 vues sur chaque vidéo et plus de 30’000 abonnés à la chaîne youtube. Mais pour Ruby, « la série avance lentement ». Pour le 3ème épisode, actuellement en préparation, une opération de crowdfunding leur a permis de recevoir près de 11’000 euros et ainsi de tourner au Cameroun. Entre temps, Ruby a lancé des vidéos humoristiques sur youtube qui font le buzz sur les réseaux sociaux.

Facebook comme tremplin

« J’ai créé une page car je n’avais plus de place sur mon compte perso et beaucoup de personnes me demandaient de faire une page afin de pouvoir me suivre. » Aujourd’hui, Ruby rassemble plus de 500’000 fans et ce grâce à ses vidéos humoristiques spontanées et sans fioriture. Elle y aborde des sujets très variés, bien souvent d’actualité, sur un ton plutôt humoristique.  « La grande majorité des histoires que je raconte sont fictives. Par exemple, la maman que je joue dans la vidéo « Le racisme entre noirs » ne ressemble pas du tout à la mienne qui est ouverte et très gentille. Ce sont des histoires inventées ou que j’ai entendues. »

Concernant sa popularité sur Facebook, Ruby ne renie pas que cela lui apporte une vraie visibilité. « Cela me permet de faire marcher mon mon business et notamment ma vente de perruques. Pareil au niveau de placement de produits de petites entreprises. J’en suis pas au stade de Norman ou Cyprien, mais c’est déjà pas mal. » Mais Ruby s’attendait-elle à un tel succès ? « A chaque vidéo on se demande si ça va marcher. On ne sait pas et on ne s’y attend pas forcément. Quand je poste une vidéo ou une photo, souvent j’oublie qu’il y a tous ces gens. On ne s’imagine pas qu’on va avoir du succès, on fait avec. « 

L’humour pour le plaisir de faire plaisir

La comédie, c’est quelque chose que Ruby a toujours voulu faire.  Concernant ses vidéos, elle considère qu’elle le fait plus pour les autres que pour elle-même. « Je fais ces vidéos car ça fait plaisir aux gens. Ca fait du bien à de nombreuses personnes. Par exemple, un jeune récemment décédé au Cameroun m’avait écrit lors de sa thérapie en Tunisie. Il me disait que mes vidéos lui faisaient du bien.  Je me suis dit que si ça pouvait faire du bien à certains, je continuerai comme ça. C’est donc surtout pour le plaisir de faire plaisir aux autres.  » D’ailleurs, lorsqu’elle regarde ses sketches, Ruby confie qu’elle ne les trouve pas drôles.

Etre femme et faire rire, c’est facile ?

Allez savoir pourquoi, mais peu de femmes se lancent dans l’humour. Et lorsqu’on demande à la jeune comédienne si cette position est difficile, elle répond « Pour moi, ce n’est pas difficile. Quand j’ai commencé à faire mes vidéos sur les réseaux sociaux j’ai eu pas mal de retour de personnes qui me disaient ah mais tu t’affiches. Mais moi ça ne m’a pas dérangé dans la mesure où je suis dans un personnage et que j’arrive à m’en défaire. Derrière Ruby, il y a Yvonne qui n’a rien à voir.  » Selon elle, si peu de femmes se lancent dans l’humour c’est « peut-être parce qu’elles se bloquent face notamment aux discours masculins ».

Une priorité : la web-série

Bien que Ruby ait connu un succès important avec ses vidéos humoristiques, elle souhaite avant tout que la web-série « Colocation entre filles » décolle et se professionnalise. « Je souhaite me concentrer sur la série. On aimerait ne plus être sur le web. Il serait mieux pour nous de basculer sur une chaîne télé avec des sponsors qui paient ou un producteur. On dépense énormément de temps et d’énergie. Aujourd’hui on souhaiterait essayer de faire quelque chose de plus professionnel »

Ruby sera également présente à la prochaine édition du Black Power Comedy 4 qui aura lieu le 8 décembre à Paris.

 

Par Céline Bernath

 

 

Leave your vote

0 points
Upvote Downvote

Les + populaires

close

Ad Blocker Detected!

Advertisements fund this website. Please disable your adblocking software or whitelist our website.
Thank You!

Log in

Forgot password?

Forgot your password?

Enter your account data and we will send you a link to reset your password.

Your password reset link appears to be invalid or expired.

Log in

Privacy Policy

Close
of

Processing files…