Rosaline Gicanda, la dernière reine du Rwanda

A la veille de son indépendance, le Rwanda est une monarchie, dirigée par un Mwami, entendez par là un roi, appartenant à la noblesse Tutsi. Rosaline Gicanda était son épouse, la dernière reine connue du Rwanda et l’unique symbole vivant de cette monarchie déchue.

Le 25 juillet 1959, le Mwami Mutara III, l’époux de l’Umwamikazi Rosalie Gicanda, meurt dans des circonstances, qui demeure encore aujourd’hui, mystérieuses. Son décès préfigure le sort des milliers de Tutsis qui subiront dès lors des attaques à répétitions. La succession est assurée en la personne du Mwami Kigeli V. Ce qui n’empêche pas l’abolition de la monarchie deux ans plus tard, en 1961. Courageuse, la reine Rosalie Gicanda décide de rester au Rwanda, et ce malgré une hostilité palpable et l’exil de son beau-frère et de la majorité de la famille royale.

Installée dans la province de Butare, Rosalie Gicanda bénéficie tout de même de la protection des régimes successifs de Kayinanda et d’Habyarimana. Elle est un personnage symbolique et respecté, se consacrant aux plus démunis, pour lesquels sa porte reste continuellement ouverte.

Sa vie prend fin brutalement à l’âge de 80 ans. Elle est exécutée par des hommes en armes le 20 avril 1994 lors du génocide.

Par Auzouhat Gnaoré

Les + populaires