RDC : suite aux massacres, l’ONU réagit

Kasai_DRC_OCHA_2017

La situation est inquiétante en République Démocratique du Congo dans la région du Kasaï. Selon un rapport de l’Organisation des Nations Unies, en mars et juin 2017, près de 251 personnes parmi lesquelles des femmes, des enfants et des hommes ont été tuées. Le rapport indique que parmi les 62 enfants qui ont perdu la vie dans ces violences, près de la moitié étaient âgés de moins huit ans. Nikky Haley, l’ambassadrice américaine auprès de l’ONU a réagit. 

Des révélations alarmantes

Le rapport publié par l’ONU révèle également le témoignages de nombreux habitants qui ont vu des personnes être mutilées, brûlées et tailladées à mort. Les enquêteurs de l’ONU ont également appris que les forces de sécurités congolaises locales ont pris part à ces attaques et qu’elles les avaient même parfois menées. En réponse au rapport, Nikki Haley, ambassadrice aux Nations Unies a déclaré, « le dernier rapport de l’ONU fait malheureusement état d’un fait que nous connaissons déjà : des innocents, hommes, femmes et enfants, sont brutalement tués dans le Kasaï, et les autorités congolaises ne font rien pour y mettre fin. Jusqu’à ce que le gouvernement de la RDC prouve qu’il peut protéger de manière responsable sa propre population des horribles actes de violence commis et qu’il peut tenir les meurtriers pour responsables de leurs crimes, la communauté internationale devrait remettre en cause toute tentative des Congolais de bénéficier d’une représentation dans des organismes tels que le Conseil des droits de l’homme. »

Que fait la communauté internationale?

Les États-Unis ont déjà appelé le gouvernement de la RDC à coopérer pleinement avec une équipe indépendante d’experts récemment mandatée par le Conseil des droits de l’homme pour enquêter sur les violations des droits de l’homme dans le Kasaï. La France a quant à elle demander aux autorités congolaises de respecter le droit des citoyens.

@karine_oriot

Les + populaires