Un rapport de l’ONU dévoile les discriminations à l’égard des Afro-Canadiens

discri
Des consultations sur l’état des droits des Afro-Canadiens ont été menées par un groupe de travail de l’ONU à Ottawa, Toronto, Halifax et Montréal en octobre 2016. Les conclusions du rapport qui découlent de cette mission sont inquiétantes : il révèle que le racisme contre les personnes noires se trouve au coeur de nombreuses institutions canadiennes, contribuant ainsi largement aux inégalités socioéconomiques.

Un rapport récent concernant l’état des droits des afro-canadiens mené par un groupe d’expert de l’ONU nous a interpellé. Ses conclusions, bien que peu médiatisées, sont particulièrement préoccupantes. En témoigne cet extrait :

« Malgré la réputation du Canada en matière de multiculturalisme et de diversité et des mesures prises pour lutter contre la discrimination raciale, le Groupe de travail est profondément préoccupé par la situation des droits de l’homme des Canadiens africains. (…) L’histoire informe que le racisme anti-noir et les stéréotypes raciaux sont si profondément ancrés dans les institutions, les politiques et pratiques, que ses formes institutionnelles et systémiques sont normalement normalisées ou rendues invisible, en particulier pour le groupe dominant. »

En résumé, selon le comité, le racisme et les discriminations avérées font que trop de Canadiens de descendance africaine vivent « dans la pauvreté, ont une mauvaise santé, ont un faible niveau de scolarité, sont sous-employés, mais aussi surreprésentés dans le système judiciaire. L’ensemble de ces points a été analysé, fondé et détaillé dans ce rapport.

Un point nous a particulièrement marqué : la discrimination à l’égard des femmes noires. Les chiffres sont criants : le taux de chômage des femmes noires au Canada est de 11 % comparativement à la moyenne canadienne de 7%. Lorsqu’elles sont employées, les femmes afro-canadiennes gagnent 37 % moins que les hommes blancs et 15% de moins que les femmes blanches. De plus, 25 % des Afro-Canadiennes vivent sous le taux de la pauvreté comparativement a 6% des femmes blanches.

Le rapport souligne diverses actions déjà entreprises par le Canada, mais suggère une quarantaine d’initiatives afin de corriger les disparités. Parmi celles-ci, six grandes recommandations sont suggérées :

  • Présenter des excuses pour la période d’esclavage qui a existé au Canada à partir du 17e siècle;
  • Reconnaître les Afro-Canadiens comme un groupe distinct;
  • Créer un ministère des Affaires afro-canadiennes;
  • Eliminer toute forme de discrimination au sein des corps policiers;
  • Enseigner et souligner davantage l’histoire des Afro-Canadiens et leur contribution à la société canadienne;
  • Elaborer une stratégie contre le racisme envers les Noirs dans le système de justice criminelle.

L’esclavage a été aboli en 1834 et la communauté noire a largement contribué au développement, mais aussi à la défense du Canada depuis son arrivée. Malgré cela, on peut constater que la ségrégation est encore bien présente, et ce dans tous les domaines économiques et sociaux. Or, le succès et le dynamisme de la société canadienne est en grande partie le fait de sa diversité et de sa multiculturalité. Les Afro-Canadiens en sont un maillon important et s’illustrent dans bien de domaines.

Vous pouvez lire le rapport complet en cliquant ICI.

Par C. Bernath

Les + populaires