En Ouganda, la ministre de la Santé se déguise pour traquer la corruption

Untitled-1
 
La ministre de la Santé ougandaise, Sarah Opendi, s’est déguisée en patiente dans un hôpital de la capitale Kampala, vendredi 15 septembre. Son but : révéler la corruption fréquente dans les centres de soins du pays. Un coup de communication réussi qui crée la polémique !

Vêtue d’une burka afin de ne pas être reconnue, la ministre de la Santé, Sarah Opendi, s’est rendue en « moto taxi » vendredi 15 septembre à l’hôpital de Naguru, dans la capitale ougandaise, Kampala. Son objectif : traquer la corruption fréquente dans les centres de soins du pays. Il fallait oser !

Alors qu’elle se faisait passer pour une patiente ordinaire, un médecin lui a réclamé 150 000 shillings (35 euros) pour des examens de laboratoire qui sont censés être gratuits. « Je lui ai dit que je n’avais pas d’argent mais il a insisté », a-t-elle précisé. Elle accuse également une infirmière de la réception de lui avoir réclamé un dessous-de-table de 5 000 shillings (1 euro) pour un test de glycémie. « Je l’ai payée et j’ai ensuite appelé la police qui a arrêté les deux travailleurs », a ajouté la ministre.

Le fait de demander de l’argent aux patients est malheureusement fréquent dans les hôpitaux publics ougandais. Le directeur adjoint de l’hôpital, Stephen Kyebambe, a salué l’action de la ministre mais a rappelé la nécessité d’augmenter les fonds publics alloués au secteur de la santé. « De nombreux [travailleurs médicaux]  gagnent environ 300 000 shillings [70 euros] par mois », précise-t-il, ajoutant que beaucoup recourraient au chantage pour arrondir leurs fins de mois.

Sur les réseaux sociaux, cette nouvelle a créé la polémiques. Les réactions sont très partagées. Alors que de nombreux internautes pointant les salaires trop bas et le manque de médicaments dans les hôpitaux, non évoqués par la ministre, d’autres dénonçaient l’usage du voile musulman pour se déguiser.

 

Par C. B.

Les + populaires