Le gigantesque domaine suisse de Mobutu une nouvelle fois mis aux enchères

Situé en Suisse, près de Lausanne, le somptueux domaine de Mobutu, dit le Domaine des Miguettes, est une nouvelle fois mis aux enchères. Après un divorce et une faillite, ses derniers propriétaires, installés dans ce lieu grandiose depuis 2002, ne sont plus à même d’assumer les coûts exorbitants de cette demeure de 6 hectares, estimée par l’Office des poursuites à 18 millions de francs suisses.

Capture3-600x357

 

Une demeure acquise en Suisse lors du règne du Maréchal Mobutu

Rappelons que Mobutu est né en 1930 à Lisala, au Congo belge, d’un père cuisinier. Son éducation a été assurée dans l’armée belge par des missionnaires. A 30 ans, il est promu colonel. Après l’indépendance en 1960, Mobutu prend le pouvoir à la suite de troubles au Katanga. En 1961, il organise un complot contre son principal rival et meilleur ami, le communiste Lumumba, qui meurt assassiné par les complices de Mobutu. Après la guerre civile de 1963-1965, il reprend le pouvoir par un coup d’Etat et s’adjuge le titre de maréchal. C’est en 1968 que le maréchal Mobutu, acquiert en Suisse la somptueuse villa de Savigny, entourée d’une propriété de 6 hectares.

Durant son règne, il amasse une fortune de près de 60 milliards de dollars. Réélu président en 1984, le Maréchal Mobutu fréquente de plus en plus souvent la Suisse en raison de ses problèmes de santé. En 1996, souffrant d’un cancer de la prostate, le maréchal est soigné dans un CHU en Suisse. La banqueroute de l’Etat zaïrois le contraint à payer d’avance les frais d’hospitalisation et d’hôtel. Après 32 ans de dictature, il est renversé par Laurent-Désiré Kabila, en 1997. Le dictateur meurt la même année dans son exil marocain, laissant derrière lui sa villa somptueuse estimée à 8 millions de francs suisses et sa collection personnelle, vendue aux enchères le 31 mai 2001.

Une propriété qui peine à trouver des acquéreurs depuis la disparition du dictateur

L’annonce de l’Office des poursuites de Lavaux-Oron dépeint pour le moins un portrait idyllique de ce lieu qui peine à trouver des acquéreurs depuis la disparition du dictateur : «Nichée au cœur d’un parc exceptionnel et aménagée avec un soin tout particulier, la propriété, qui peut être qualifiée de grandiose, bénéficie d’une situation exceptionnelle et privative dans un environnement très calme et offre une vue imprenable sur les Alpes. Cette demeure empreinte de classicisme et de raffinement offre un cadre de vie particulièrement intimiste étant située à l’écart de tout voisinage direct dans une zone résidentielle hors de toute nuisance.»

A la mort du dictateur, le domaine avait été mis sous séquestre à la suite de la demande d’entraide judiciaire de son pays. La vente aux enchères du mobilier et des voitures avait alors rapporté 270’000 francs suisses, venus s’ajouter aux 6 millions de francs des fonds de Mobutu bloqués dans le cadre de la procédure d’entraide. En 2001, après l’échec d’une première vente aux enchères, la propriété avait été attribuée de gré à gré, pour la somme dérisoire de 3,1 millions de francs, à un homme d’affaires suisse, Léon Schrurs, âgé de 41 ans à l’époque, investisseur actif dans des entreprises belges, françaises et italiennes, spécialisées dans le textile. D’origine grisonne et marié à une Américaine, il y a vécu avec sa famille durant plusieurs années. Aujourd’hui, c’est sa femme qui y demeure, avec ses enfants. Cette dernière explique à ce sujet : «Nous avons divorcé et mon mari a fait faillite. Le domaine a donc été lourdement hypothéqué, jusqu’au jour où la banque a dit stop, explique-t-elle. Si je l’avais racheté avant la mise aux enchères, mon mari, qui ne paie plus rien depuis quatre ans, en serait resté le copropriétaire, ce que je ne souhaite évidemment pas. Je lui ai demandé de me le laisser, mais il ne veut pas non plus. J’espère donc pouvoir le racheter le 15 juin, parce que je comptais bien rester ici jusqu’à la fin de mes jours.»

L’entretien annuel s’élève déjà à 500’000 francs suisses, soit un gouffre financier

Le Domaine des Miguettes d’une surface de 6 hectares comprend  une propriété de maître avec maison d’hôte, jardin à la française, serre horticole, piscine, pool house et court de tennis, le tout sur six hectares, sans oublier les 25 toilettes et les 16 chambres. Il va sans dire qu’il reflète le gigantisme de l’ancien dictateur. La propriétaire actuelle souligne que l’entretien annuel s’élève déjà à près de 500’000 francs suisses. Elle précise « Rien que pour le mazout, il y en a pour 100’000 francs, et il faut au moins deux jardiniers à demeure. »

La demeure est estimée à 18 millions de francs suisses et sera mise en vente le 5 juin. La propriétaire actuelle doute que celle-ci puisse être vendue à plus de 10 millions. Une affaire à suivre.

Par Céline Bernath

Leave your vote

0 points
Upvote Downvote

Les + populaires

close

Ad Blocker Detected!

Advertisements fund this website. Please disable your adblocking software or whitelist our website.
Thank You!

Log in

Forgot password?

Forgot your password?

Enter your account data and we will send you a link to reset your password.

Your password reset link appears to be invalid or expired.

Log in

Privacy Policy

Close
of

Processing files…