Le Gabon perd sa « dame de fer »

Rose Francine Rogombé

« Le Gabon perd aujourd’hui une de ses plus grandes figures politiques. » Ces mots sont du président Ali Bongo Ondimba. Rose Francine Rogombé est née en 1943 à Lambaréné dans la province du Moyen-Ogooué. Elle était admirée dans le monde politique gabonais par tous, notamment grâce à son parcours politique.

Juriste de formation, Rose Francine Rogombé  devient secrétaire d’État pour la promotion de la femme et des droits de l’homme dans les années 80. Elle est nommée conseillère municipale de Lambaréné, lors des élections locales en 2008.  Elle sera par la suite élue présidente du Sénat en février 2009. Mais c’est en juin de la même année, que Rose Francine Rogombé se fait connaître au niveau international. En effet, suite au décès d’Omar Bongo, elle est désignée Présidente de la République par intérim par la cour constitutionnelle. En octobre 2009, elle remettra le pouvoir à Ali Bongo Ondimba, proclamé vainqueur de l’élection présidentielle du 30 août. Une élection qu’elle a su organiser avec succès « Je considère que je suis là pour assurer l’équilibre», avait-elle confié à RFI.

Après l’intérim, Rose Francine Rogombé a repris son poste au Sénat et a même reçu une médaille d’honneur de Marcel Sandoungou, le plus ancien sénateur.Mère d’une famille nombreuse, l’ancienne sénatrice avait perdu son époux il y a peu de temps. Elle est décédée vendredi 10 avril dans un hôpital de Paris, à l’âge de 73 ans.

Par Nadie Sidibé

 

 

 

 

 

 

Les + populaires