Juliana Rotich

juliana Rotich

Une « geek » made in Africa

Elle s’impose comme une référence  dans l’univers du numérique et de la technologie et a largement de quoi se le permettre. Née dans un village de la vallée du Rift au Kenya il y a 37 ans,  Juliana fait partie des prestigieux intervenants de conférences innovantes comme les TED (Technology, Entertainment and Design) ou encore le forum économique de Davos,  et le célèbre  M.I.T Media Lab.

 

Informaticienne diplômée de l’université du Missouri aux Etats-Unis, Juliana crée avec ses amis « Ushaidi », qui veut dire « témoignage » en swahili. La création de ce logiciel open source, le tout premier, en Afrique s’est faite dans le contexte difficile des violences post-électorales de 2007 au Kenya.« Ushaidi » utilise la géolocalisation pour cartographier les violences et les témoignages. Depuis, il a servi au Japon, au Chili, en Nouvelle-Zélande, en Australie, au Pakistan, en Tanzanie et à Haïti. Une telle initiative, couronnée de succès, a forcément éveillé l’intérêt des prestigieuses compagnies de la Silicone Valley et autres philanthropes. D’ailleurs, la fondation Mac Arthur et l’Omydiar Network ont financé Ushaïdi qui ont financé la conversion du logiciel en « open source » (accessible pour tous gratuitement). Juliana, elle, continue de marcher sur la voie de l’innovation. Désormais conseillère de iHub, laboratoire design et branché au service de start-up, elle élabore BRCK, un petit boîtier permettant d’être connecté au wifi même en l’absence d’électricité. Une innovation africaine qui pourrait s’étendre au reste du monde. Juliana Rotich, en tant qu’entrepreneur africaine, elle, le martèle : « Les nouvelles technologies ont un rôle crucial dans le développement du continent ».

Par Auzouhat Gnaoré

Les + populaires