Internet Sans Frontières lance sa campagne numérique « #moicamerounaisedunet »

Capture d’écran 2017-03-08 à 16.25.15

Derrière les clichés affichés par les moteurs de recherche lorsqu’on s’intéresse à la présence sur Internet des femmes du Cameroun, la réalité est toute autre. L’activité des femmes en ligne dans ce pays d’Afrique Centrale ne se résume pas à la recherche d’un époux européen.

Depuis 2015, Internet Sans Frontières s’intéresse à l’impact d’Internet et des TIC sur les camerounaises, et sur l’égalité homme femme au Cameroun. Selon son étude, menée avec le soutien de la Web Foundation et l’agence de développement suédoise : les camerounaises utilisent Internet pour créer de l’activité économique, garder contact avec leurs famille et amis, ou acquérir des connaissances et compétences nouvelles.

Problème : les femmes camerounaises ont 50% moins de chance d’accéder à Internet que leur compatriotes hommes. Les principales raisons sont :

  • le coût : dans un pays où le salaire mensuel minimum est d’environ 55 euros, investir en moyenne 6 euros pour 1Giga de données valable 1 mois demeure un luxe, notamment pour les femmes qui sont plus vulnérables à la pauvreté ;

  • le défaut d’alphabétisation numérique : les camerounaises aimeraient mieux connaitre la palette de possibilités offertes par Internet et les TIC.

Selon Julie Owono, responsable Afrique de l’ONG Internet Sans Frontières :

«  Il est aujourd’hui indéniable que la démocratisation de l’accès à Internet des femmes constitue un levier de croissance essentiel pour les économies émergentes. »

Avec le soutien de la Web Foundation, Internet Sans Frontières lance ce 8 mars 2017, à l’occasion de la journée Internationale des droits des femmes, sa campagne numérique « #moicamerounaisedunet », un hashtag autour duquel des femmes camerounaises rencontrées à Yaoundé par Internet Sans Frontières expliquent leur usage d’Internet, et ce qu’elles pourraient faire avec un Internet plus abordable : qu’elles soient entrepreneuses, étudiante, ou en recherche d’emploi, Internet a un impact positif sur leur vie. Des expériences qui contrastent avec la coupure Internet qui est imposée dans une partie du Cameroun, depuis janvier 2017.

Le hashtag #moicamerounaisedunet est aussi l’occasion pour les camerounaises de démontrer la créativité et le dynamisme de la femme camerounaise, qui serait décuplé avec un accès à Internet plus abordable pour toutes.

Découvrez les portraits d‘Almighty, Carine, Horélie, et Arielle sur le site dédié à la campagne.

Téléchargez l’audit de la fracture numérique Homme-femme au Cameroun

Suivez et contribuez sur le hashtag #moicamerounaisedunet sur Facebook et Twitter pour lire les témoignages de femmes.

Les + populaires