Dothy Z

Doty Photo

La chanteuse ivoirienne Dothy Z qui a récemment sorti son sixième album, « les Z d’Or » nous livre sa nouvelle passion, l’humanitaire. Désormais elle se sert de sa notoriété et de son talent pour aider les enfants démunis, à travers son ONG « Ame de cœur »

Quel est le but de votre organisation

Notre but est de nourrir et de protéger les enfants déshérités, errant par-ci, par-là et livrés à eux-mêmes. Nous voulons mettre en place des centres de loisirs, pour qu’ils aient un lieu où jouer, partager avec les autres, en toute sécurité. En attendant de réaliser ce projet, une fois par mois, nous nourrissons 500 enfants choisis parmi les plus pauvres, des municipalités que nous visitons. Le choix des bambins se fait grâce à une collaboration active des maires.

Dothy Z, dites-nous, comment passe-t-on de star du showbiz à star de l’humanitaire ?

Dans mon cas, c’est suite à un grave accident. J’avais tout perdu, plus d’amis, mes propres parents m’avaient abandonnée. Je n’avais pas d’argent pour subvenir à mes besoins primaires. A cette époque, les Restos du cœur ont été pour moi, une bouffée d’oxygène : ils m’ont accueillie et m’ont apporté du réconfort. Cette traversée du désert a duré quatorze ans.

Il est indéniable que ce fut très pénible pour vous, comment avez-vous fait pour rebondir ?

J’ai pu rebondir grâce aux encouragements et les conseils de mon ami Joss Inno. Il a eu confiance en moi ; il m’a fait comprendre que malgré mes blessures physiques et psychologiques, j’étais encore capable de donner mon meilleur sur scène. Après beaucoup de travail et d’abnégation, je suis revenue à la musique. L’album a été bien accueilli par le public. Mes fans ne m’avaient pas oubliéE. La vie venait de m’offrir une seconde chance qu’il fallait absolument saisir pour aider mon prochain.

C’est donc ce que vous avez fait ?

Oui en effet, quand j’ai eu 50 ans, l’âge d’or et de raison, selon moi, je n’avais plus de goût pour les paillettes et les projecteurs. Bien attendu je demeure artiste mais aujourd’hui ma priorité est mettre mon talent, au profit des plus démunis. Au même âge, ma mère avait tout lâché pour servir Dieu. Je me suis donc inspirée de son exemple et j’ai fondé Ame de cœur.

 C’est bientôt Noël, qu’est-ce que le père Noël a dans sa besace ?

Cette année, Ame de cœur se délocalise, « Papa Noël » va toucher les enfants de la Côte d’Ivoire profonde, en particulier ceux de Gagnoa, commune du centre ouest dont je suis originaire.

Ce déplacement sera fait dans le cadre des Z tours de la charité avec les Z d’Or. Au programme, mini concert avec plusieurs artistes connus et non connus. Je vais moi-même me produire sur scène avec six morceaux de mon de nouvel album. L’opération cinq cent repas gratuits débutera avec le petit déjeuner à 7 heures du matin ; ensuite à midi le déjeuner, composé de plat de résistance, de dessert et enfin à 16 heures, le goûter. Le tout rythmé par les différentes prestations des artistes. Les enfants eux-mêmes, seront acteurs des festivités : ils se produiront avec des chants, des danses, des contes et récits de tout genre. Ce sera une journée géniale et mémorable.

Que répondez-vous à ceux qui rétorquent à tort ou à raison que ceci est une goutte d’eau dans la mer, et comme une hirondelle ne fait pas le printemps, un seul repas ne peut répondre de façon viable, aux besoins des enfants ?

Mon objectif est de faire manger les enfants, tous les jours mais faute de moyens, nous nous limitons à une distribution mensuelle. Je veux donc profiter de cette tribune pour lancer un appel aux Ivoiriens, aux Africains, à toutes les bonnes volontés du monde entier et à tous les lecteurs d’Amina, à faire un petit geste, en faveur de ces enfants victimes de la grande pauvreté. Tout don, même le plus petit, est le bienvenu.

Comment faites-vous pour vous faire connaitre ?

Nous avons un site internet, un compte Facebook par lesquels nous communiquons. Nous vous invitons à visiter nos différents sites pour suivre nos activités.

 

@Sidonie Zobo

Les + populaires