« La Crépue », une web-série humoristique et fédératrice sur l’affirmation de soi

Coiffure : "L'artiste qui peint"
« Elle cherche le bon boulot, le bon mec et la coupe de cheveux qui va avec ! » Voici, en résumé, « La Crépue », un projet de web-série, mais aussi de pièce de théâtre humoristique, concocté par la comédienne Ngo. Son objectif : montrer comment s’affirmer tel qu’on est dans une société et en rire, mais aussi mettre à l’honneur les femme noires. Après une première saison pilote, sa créatrice a récemment lancé une campagne de crowdfunding, afin de concrétiser la suite des aventures de son personnage. Entretien.
Avant de créer « La Crépue », quel a été votre parcours ?

J’ai pris des cours de théâtre classique et de fil en aiguille j’ai commencé à jouer sur scène, notamment « Antigone » de Sophocle avec une troupe. J’ai vite compris que je voulais surtout faire de l’humour et travailler vite. Alors, je me suis dit très naïvement que j’allais écrire et me lancer dans l’humour. J’ai fait plusieurs plateaux d’humour à Paris et j’ai monté un spectacle qui s’appelle « Enterrement de vie de jeune fille » que j’ai joué à Avignon et à Paris. J’ai ensuite choisi un sujet qui me permettait de me différencier un peu plus. Ca faisait un moment que je voulais parler des cheveux crépus. Et l’idée m’est alors venue de créer « La Crépue ».

Pourquoi avoir choisi de réaliser ce projet sous la forme d’une web-série ?

A l’origine, mon souhait est de faire une pièce de théâtre. Mais, pour la lancer, je me suis dit qu’il fallait me faire connaître sur les réseaux sociaux, d’où l’idée d’une web-série. Et j’espère entrer sur scène avec ce spectacle dès la rentrée.

Le titre est axé sur la question du cheveu crépu. Pour quelle raison ?

Je me suis beaucoup posée la question, car ce titre peut paraître très communautaire et très fermé au premier abord. Mais mon but autour de ce personnage est de proposer un programme grand public, mais aussi identifiant, valorisant et drôle pour les femmes noires. Les cheveux crépus, ce n’est pas la norme. Je voulais alors associer ce terme de façon positive et mettre à l’honneur le cheveu crépu.

Peut-on dire que c’est une série engagée, voire afroféministe ?

Je suis beaucoup ce que font les afroféministes, mais je ne peux pas dire que je suis une militante. Je suis une artiste, avec des propos engagés certes, mais je préfère laisser les afroféministes parler de l’intersectionnalité, dans la mesure où elles maîtrisent mieux le sujet.

Les sujets choisis s’inspirent de votre quotidien ? Est-ce une forme de thérapie ?

Je me suis évidemment inspirée de mon expérience mais je me suis également beaucoup documentée. Le cheveu crépu est sujet de société complexe qui touche à l’intime, à l’inconscient collectif et à l’histoire de l’humanité. Mon travail passe par l’analyse, la synthèse puis la création. Il ne s’agit pas d’une thérapie.

Finalement, le propos est de montrer comment s’accepter dans une société ?

Il ne s’agit pas de montrer comment s’accepter, mais plutôt de montrer comment s’affirmer ou s’imposer dans une société. Ce n’est pas un complexe, mais une affirmation de soi, car c’est un amour de soi. C’est aimer ce qu’on est en tant qu’être humain. C’est un chant à la vie pour dire qu’on fait partie de cette catégorie. La variété fait la beauté. Il s’agit d’aborder cette question universelle : peut-on être soi même dans cette société, et si oui, comment ça nous coûte ? Mon but est en fait d’offrir aux gens du rire et de la force.

Pour votre web-série, vous avez choisi de faire participer pleinement les internautes. Pourquoi ?

J’ai écrit une bible avec une ligne directrice et un personnage. Je souhaite faire participer les internautes pour le choix des thèmes d’un épisode, mais aussi en les invitant à venir voir les épisode qui prémontés fin qu’ils donnent leur avis sur les personnages. Les internautes peuvent également participer à un casting et venir sur un tournage. J’ai également prévu de faire un atelier d’écriture, ce qui est intéressant et me permet de créer le lien.

Enfin, quel message souhaiteriez-vous transmettre à nos lectrices et lecteurs ?

Tout d’abord, qu’ils viennent participer au projet. C’est un appel à la diversité. On parle souvent d’écrire sa propre histoire, de pouvoir se représenter soi-même. Je me suis donnée les moyens de le faire et je l’ouvre à ceux qui le souhaitent. Au-delà de ma campagne de crowdfunding, pour moi projet a un sens. Il s’agit de permettre aux gens de s’exprimer. C’est une web-série qui a pour vocation de rassembler tout le monde. Il n’y a pas de jugement à l’égard des personnes qui se lissent les cheveux ou pas. L’idée est surtout de rassembler les femmes noires ou métisses autour de ce sujet et de faire rigoler.

Pour en savoir plus sur le projet « La Crépue », n’hésitez pas à cliquer sur les liens suivants :
La campagne de crowdfunding : https://www.ulule.com/la-crepue/

La page Facebook :  https://www.facebook.com/lacrepue/

 

Par Céline Bernath

Les + populaires