Contraception

La contraception démocratisée

Grâce aux actions menées par l’ONU, les nigériennes sont moins réticentes à l’idée d’adopter une contraception. Les femmes prises en charge par l’ONG délaissent les méthodes de contrôle de naissance traditionnelles, pour adopter celles dites contraceptives.

Un Etat pauvre

Le Niger cumule de nombreux maux. D’abord le pays, est classé parmi les plus pauvres de la planète par le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD). Ensuite, les taux de mortalité infantile et maternelle très élevés qu’affichent cet Etat témoignent des conditions de vie difficiles de sa population.

La jeunesse incitée à utiliser une contraception

Le Niger détient actuellement le record mondial de fécondité. Celui-ci se chiffre à 7,6 enfants par femmes. Mais les choses sont sûrement appelées à changer. Notamment du fait des actions du Fonds des Nations unies pour la Population. L’agence internationale de développement s’est alliée à des imams pour faire changer les mentalités par rapport à la contraception.

Malheureusement, certains d’entre eux appartenant à la branche rigoriste refusent d’aborder ce sujet. Et les traditions ayant la dent dure dans ce pays, certaines femmes font toujours appel aux gris-gris des marabouts pour contrôler leur natalité.

Malgré tout, l’utilisation de la contraception se développe dans tout le continent africain. Au cours des deux dernières décennies, la proportion de femmes sous contraception y a doublé.

 

@Cynthia_Mongo

 

Les + populaires