Le choix de Magic System pour célébrer la victoire d’Emmanuel Macron crée la polémique

magic-system
C’est sur l’esplanade du Louvre qu’Emmanuel Macron a célébré sa victoire ce dimanche 7 mai. En tête d’affiche de cet évènement, et à la surprise de nombreuses personnes, le groupe Magic System.

Sur la scène dressée devant la célèbre Pyramide et devant des milliers de téléspectateurs, Magic System a assuré l’animation des festivités, avec d’autres artistes comme Cris Cab et les DJ Michael Canitrot et Richard Orlinski. Le groupe ivoirien de zouglou a chanté ses classiques tels que « Bouger, Bouger » et « Magic in the air ». Bien qu’ayant fait part de leur contentement à différents magazines, le groupe n’a rien affiché à ce sujet sur sa page facebook.

Ce choix a fait l’objet de nombreux articles dans les médias africains et la fierté de nombreuses personnes du continent et de France. Cependant il a également surpris de nombreux internautes et créé la polémique sur la toile. Certains ont ironisé le choix du nouveau Président français.

Capture d’écran 2017-05-09 à 07.52.44

Le chroniqueur et comique suisse Thomas Wiesel, quant à lui, souligne dans une vidéo en réaction aux élections : « Il a fêté sa victoire avec Magic System. Il a le monde entier de la culture qui le soutient et il choisit Magic System. Et c’est à lui que vous avez fait confiance pour faire des choix pour le pays entier ? »

Capture d’écran 2017-05-09 à 08.04.19

Capture d’écran 2017-05-09 à 08.07.24

Capture d’écran 2017-05-09 à 08.10.55

Capture d’écran 2017-05-09 à 08.14.47

 

D’autres internautes, plutôt à tendance nationaliste, ont fait preuve d’une certaine animosité.

Capture d’écran 2017-05-09 à 07.53.51

Capture d’écran 2017-05-09 à 07.56.27

Capture d’écran 2017-05-09 à 08.02.49

Capture d’écran 2017-05-09 à 08.11.35

 

Ainsi, le choix d’Emmanuel Macron n’est certainement pas anodin. Bien qu’on puisse comprendre que certains auraient préféré voir un artiste français, il permet au Président d’afficher d’ores et déjà une ouverture de la France et une volonté de mixité, face au nationalisme qu’il a combattu durant le second tour.

 

Par C.B.

 

Les + populaires