Une beauté venue aussi de l’intérieur

Anna Meloto-Wlk. Crédit Human Nature

 

Embaucher des travailleurs pauvres au double du salaire minimum, la formule secrète du fabricant de produits de beauté Human Nature.

Fouiller les poubelles, mendier de la nourriture, disputer le peu que l’on trouve aux chats errants…. Telle est la vie d’un gamin des rues comme Mang Arturo. Son nom a été changé, même si personne ne s’en soucie vraiment. Personne, sauf Anna Meloto-Wilk. Pour elle, chaque personne, chaque nom compte.

Mang Arturo est l’un des 12 millions de Philippins vivant dans la pauvreté. C’est vers eux qu’Anna Meloto-Wilk se tourne lorsqu’elle recrute pour son entreprise. « Dès le début, nous nous sommes engagées à embaucher des travailleurs pauvres », déclare-t-elle. Le début, c’était en 2007, quand sa sœur Camille Meloto et elle fondent Human Nature, une entreprise sociale unique en son genre.

À l’époque, Anna est une jeune maman en quête de produits sûrs pour ses enfants, Camille une accro aux produits de beauté, à la recherche de maquillage naturel. Constatant l’apparition croissante de produits entièrement naturels dans d’autres pays, elles se forgent l’opinion qu’un concept similaire pourrait fonctionner aux Philippines, d’autant plus que de nombreux ingrédients y poussent déjà en abondance. Aucune des deux femmes n’a d’expérience des affaires ni de l’industrie de la beauté : Anna travaille dans la communication et la publicité, Camille est enseignante. Elles lancent malgré tout leur entreprise, avec toutes leurs économies et de l’argent emprunté à des amis et parents.

« Camille a choisi le nom Human Nature. Nous voulions mettre en évidence la relation entre les humains et leur environnement : si nous aimons la nature, elle nous aimera en retour et nous fournira tout ce dont nous avons besoin », professe Anna Meloto-Wilk.

Les sœurs savent qu’elles doivent se renseigner sur le capital, la fabrication, la distribution et d’autres aspects de leur entreprise, tout en étant certaines d’une chose dès le départ : elles emploieraient des pauvres et leur donneraient des revenus nettement plus élevés qu’ils ne pourraient obtenir ailleurs. « Embaucher des gens qui autrement n’auraient pas eu d’opportunités a constitué notre principale motivation », explique Anna Meloto-Wilk. « Mais notre responsabilité ne se limite pas à leur donner des emplois. Nous voulons les aider à échapper à la pauvreté ».

Le coût de la vie continue d’augmenter aux Philippines, explique-t-elle, à tel point que la classe moyenne diminue. « Ce n’est pas comme si nous allions importer des gens pour composer une nouvelle classe moyenne. La façon d’y arriver est d’extirper les gens de la pauvreté. Les entreprises ont un grand rôle à jouer dans la création d’une nouvelle classe moyenne ».

Human Nature commence par rémunérer ses employés près du double du salaire minimum, leur ouvrant de nouvelles possibilités – celle d’envoyer leurs enfants à l’école, par exemple. « Nous avons conscience que le salaire minimum n’est pas un salaire de subsistance, il est insuffisant pour garantir aux gens une bonne qualité de vie », reconnaît Anna Meloto-Wilk. « Les gens restent vulnérables à la faim et ne peuvent pas payer leurs factures ». Au fur et à mesure qu’ils travaillent dans l’entreprise, les employés finissent souvent par réunir les moyens d’acheter une voiture ou une maison.

L’entreprise favorise également un mode de vie plus sain pour ses employés en offrant des congés payés, une assurance maladie et un coup de pouce pour ceux qui ont reporté leur mariage faute de moyens. Cette année, Human Nature projette de construire une garderie et une école pour les enfants du personnel. « Notre système scolaire public ne suffit plus à répondre aux exigences de la société moderne », déclare Anna Meloto-Wilk.

La philosophie de Human Nature implique également de n’utiliser que des ingrédients d’origine locale dans la composition de ses produits de beauté et de santé. L’agriculture reste l’un des secteurs les plus pauvres du pays. Anna Meloto-Wilk et son équipe collaborent maintenant directement avec les communautés rurales, dont plusieurs ont pu construire des écoles et des garderies grâce au soutien de l’entreprise. Human Nature aide par ailleurs les agriculteurs à produire plus et à vendre à d’autres entreprises.

Deux des principaux ingrédients des produits Human Nature sont la protéine de noix de coco, qui aide à réparer les cheveux et favorise leur croissance, et la citronnelle. Ce puissant répulsif naturel contre les moustiques aide à se protéger de la dengue, une préoccupation majeure dans les climats tropicaux. « Les Philippins sont fiers d’utiliser des plantes médicinales locales qui se sont avérées sûres et efficaces », affirme Anna Meloto-Wilk.

Elle reconnaît que mettre en place les processus de test, production et distribution de nouveaux produits prend beaucoup de temps et nécessite un investissement énorme. Plusieurs fois, Camille et elle ont été tentées d’abandonner. Mais le mari d’Anna Meloto-Wilk, Dylan, qui a rejoint plus tard l’entreprise, lui a donné trois conseils : « D’abord, n’abandonne pas. Reste concentrée sur la recherche de solutions, peu importe les problèmes rencontrés. Deuxièmement, ne songe même pas à abandonner, parce que cela tarirait ta créativité et tu ne pourrais plus trouver les moyens de résoudre tes problèmes. Et troisièmement, n’abandonne pas. L’essentiel est de persévérer à faire marcher les choses ».

En tant que mère de six enfants âgés de 10 mois à 12 ans, Anna Meloto-Wilk a pour principal objectif de s’assurer que ses enfants soient gentils et atteignent leur plein potentiel. « Je vois mon travail – aider à réparer les choses qui marchent mal dans la société – comme un prolongement de mes responsabilités parentales. C’est la société dans laquelle mes enfants vont grandir ».

Human Nature compte aujourd’hui près de 500 employés, rattachés aux bureaux de Laguna et de Quezon. L’entreprise travaille avec des fournisseurs dans une vingtaine de communautés locales, possède 34 magasins à travers le pays et exporte dans cinq pays. Elle a remporté de nombreuses récompenses, devenant en 2016 la première marque asiatique à remporter le prix Sustainability Pioneer Award décerné par Ecovia Intelligence, une société internationale de conseil pour une industrie cosmétique naturelle et biologique.

Malgré ces réalisations, Anna Meloto-Wilk croit qu’il reste encore beaucoup à faire. Non seulement pour créer des produits sûrs et novateurs, mais aussi pour promouvoir les femmes en affaires. « Si vous êtes une femme diplômée de la classe moyenne, les Philippines sont l’un des meilleurs endroits pour faire des affaires. Selon l’étude ‘Les femmes au travail’ du Forum économique mondial, les Philippines sont même l’un des pays les plus accueillants pour les femmes : le pourcentage de femmes managers et qui réussissent y est plus important », dit-elle. « Mais les choses sont encore très difficiles pour les femmes pauvres. Il y a encore beaucoup d’abus et un fort déséquilibre du pouvoir. Beaucoup de travail reste à faire au bas de la pyramide, ici comme dans le reste du monde ».

https://humanheartnature.com/

Par Deni Rose M. Afinidad-Bernardo, Philstar.com

 

Les + populaires