Archel Bernard, fashion designer et femme d’affaires au grand cœur

07LIBERIA-master675

Féministe, femme d’affaires, fashion designer et socialiste, Archel Bernard possède plusieurs cordes à son arc. Citée par des médias tels que Forbes, CNN, Al Jazeera ou encore le New York Times, la jeune femme fait partie des entrepreneurs africains de moins de 30 ans, figurant parmi les inspirants du continent africain. Croyant fermement à la Renaissance africaine moderne, Archel Bernard se bat  pour les droits de la femme libérienne. Elle tient à prouver que le succès est à la portée de tout un chacun. Et ce, quel que soit son âge ou sa position sociale.

bio_pic

En 2011, Archel Bernard termine ses études à Atlanta avec en poche un diplôme de Science, Technologie et Culture de la Georgia Institute of Technology. En 2013, elle retourne au Liberia, son pays d’origine, pour y ouvrir Mango Rags, une boutique de vêtements à Monrovia, la capitale. Malgré de très bons retours y compris de l’international, elle se voit contrainte de fermer sa boutique suite à l’épidémie d’Ebola frappant le pays. Un revers de plus pour le pays, qui est déjà fortement marqué par les séquelles de près de vingt ans de guerre civile. Un malheureux événement qui va changer l’analyse des perspectives de la jeune femme. Après la fin de l’épidémie, Mango Rags rouvre ses portes mais avec un tout autre objectif. Il s’agit désormais de faire passer un message à travers la mode et les vêtements et surtout, à aider ses compatriotes à se reconstruire. Elle opte alors pour un style toujours aussi simple mais doté d’une pointe d’audace s’alliant à la légèreté des des textiles choisis. Un style imprégné d’une fraîcheur qui séduit même des célébrités internationales telles que la chanteuse Kelly Rowland.

JKH_0833_ed1sm_grande

2016 est pour Archel Bernard une année de consécration. Elle lance une campagne kickstar afin de collecter des fonds pour une entreprise à but non lucratif. Avec des résultats plus que positifs, la jeune femme donne vie à son projet en ouvrant un atelier nommé The Bombchel Factory, destiné à aider ses compatriotes dans leur reconstruction. Son staff est alors doublé et la production multipliée par cinq. Un résultat bien au-delà des attentes de la jeune femme. Elle consacre le fruit de ce travail pour ouvrir des classes de formation de business et de couture pour femmes, milite pour la prévention contre les MST et les grossesses non désirées, ainsi que pour l’accès des femmes à l’alphabétisation.

pro3_grande

Aujourd’hui encore, Archel Bernard ne craint pas de voir toujours plus loin. Enchaînant les conférences, sa confiance dans le potentiel de la jeunesse africaine la pousse à encourager les jeunes entrepreneurs à croire en leurs rêves et en leurs objectifs.

Thatoux J Gnaoré

Les + populaires