Afrique : quels financements pour le climat?

Aujourd’hui s’ouvre à Paris, le sommet One planet summit, qui réunit les leaders internationaux et les citoyens engagés afin de protéger le climat. La finance est au coeur de cette rencontre verte. Deux après l’accord de Paris sur le climat, quels sont les projets écologiques sur le continent africain qui ont déjà été financés? Tour d’horizon.

Au Burkina Faso, formation de gestion des eaux et des sols

On mise sur une meilleure gestion  des sols et des eaux pour un meilleur rendement.  Comment permettre aux cultivateurs de coton d’améliorer leur production écologique ? En passant par des financements et des formations en matière de gestion des sols et des eaux. Le projet est financé par la Société burkinabé des fibres textiles (SOFITEX), principale entreprise cotonnière d’Afrique occidentale, la SFI et la Banque mondiale. Il est prévu une augmentation de 25 à 30 % des rendements cotonniers dans les zones qui y participent.

 

Au Mali, Niger et en RDC, la prévention passe par les alertes météorologiques.

Le Mali, Le Niger ou encore la RDC ont déjà pu bénéficier des ressources mises en place dans le cadre du programme Hydromet Afrique. Celui-ci est financé par plusieurs organismes, de  la Banque Mondiale au fond vert pour le climat, en renforçant notamment les services météorologiques et climatologiques. Il permet de prévenir les risques climatiques.

 

Au Maroc, première installation solaire à taille industrielle.

C’est dans la ville de Nour que la première installation solaire à taille industrielle a été installée. Cette installation permettra dès 2018 de fournir près de 40% de l’électricité du pays sous forme d’énergies renouvelables. Elle va réduire la dépendance aux énergies fossiles. L’installation a bénéficié de financements publics et privé.

En terme d’assurance contre les risques climatiques, quelles propositions de l’Union Africaine ?

On se souvient tous de La Sierra Léone qui a fait face à des inondations meurtrières en début d’année. Le pays avait sollicité l’aide de la communauté internationale. Dès 2018, les pays africains pourront solliciter l’assurance mise en place par l’Union Africaine dans le cadre des risques climatiques. Appelée Capacité africaine de gestion de risques, ARC, cette institution travaille surtout avec les gouvernements africains. En cas de catastrophe, l’ARC fournit rapidement un accès aux financements.

Et comment lutter contre la déforestation dans le Bassin du Congo?

Il existe depuis 2015 l’initiative pour la Forêt d’Afrique Centrale, CAFI. Son objectif est de lutter contre la déforestation en protégeant le couvert forestier du Bassin du Congo, second bassin forestier tropical humide au monde. Seul problème, on n’a pas vu d’action concrète.

Afrique de l’Ouest, les communautés côtières en danger, que faire?

La ville de Saint-Louis au Sénégal subit une érosion en ce moment, qui a déjà entraîné le déplacement des dizaines de familles. Pour pallier à cette urgence climatique un programme de gestion du littoral Ouest-Africain (WACA) sera effectif à partir du mois de mars. Le programme est destiné à aider 17 pays d’Afrique de l’Ouest pour améliorer la gestion des risques partagés d’origine naturelle et humaine pesant sur les communautés côtières.

@karine_oriot

Les + populaires