4 femmes aux combats singuliers

gallery-1429030562-balkissa

La journée internationale de la femme est l’occasion de rendre hommage à toutes les femmes du monde. Une occasion de rappeler les luttes quotidiennes de ces dernières, pour briser les idées reçues et faire avancer le combat pour l’égalité des sexes. Voici quatre femmes qui se sont dressées, chacune à leur niveau, contre les injustices faites aux femmes.

Balkissa Chaibou, 19 ans Nigérienne

gallery-1429030562-balkissa

A seulement 19 ans, Balkissa Chaibou est aujourd’hui un symbole contre le mariage forcé au Niger. Sa vie bascule à l’âge de douze ans. Promise à son cousin, elle apprend que son mariage imminent marquera aussi la fin de son instruction. Une annonce dramatique pour Balkissa, passionnée par ses études, rêvant de devenir médecin. Elle décide d’échapper à ce funeste destin et se confie à son directeur d’école. Ce dernier en réfère à une ONG, Centre pour l’Assistance Judiciaire et l’Action Civique, qui intente un procès à la famille. Le jugement est rendu en faveur de la jeune fille. Aujourd’hui, parallèlement à ses études de médecine, Balkissa Chaibou, visite les écoles et les chefs tribaux afin de sensibiliser sur les dangers du mariage forcé des jeunes filles. Elle est même intervenue lors d’un sommet des Nations Unies sur la réduction de la mortalité maternelle liée au mariage précoce.

Joyce Aluoch, 69 ans Kenyane

LadyJusticeJoyce

Avocate de formation et ancienne juge à la Haute Cour du Kenya, Joyce Aluoch est en élue juge à la Cour pénale internationale pour un mandat de neuf ans. Elle est affectée au suivi judiciaire de la situation en Côte d’Ivoire, en République démocratique du Congo, de la Lybie et du Mali entre autres. En 2016, avec deux autres juges, Sylvia Steiner et Kuniko Ozaki, elle prononce la toute première condamnation pour viol à la Cour pénale internationale, à l’encontre de l’ex-vice-président congolais Jean-Pierre Bemba, pour son implication en tant que responsable des crimes commis par son mouvement de libération Congolais (MLC).

Ibtihaj Muhammad, 31 ans Américaine

ibtihaj-muhammad-team-usa

En 2016, Hibtihaj Muhammad devient la première athlète américaine à participer aux Jeux Olympiques en arborant un hijab, après avoir remporté une médaille de bronze aux précédents championnats mondiaux. C’est à l’âge de 13 qu’elle commence l’escrime. Tout au long de son parcours, elle avouera avoir été victime de discrimination en raison de la couleur de sa peau et de sa religion. « Je n’allais pas laisser les fausses idées bouleverser mes objectifs. Je suis juste un Zorro en hijab. » dit-elle avec assurance.

Maminyadjama Maymuru, 19 ans Australienne

Miss+World+Australia+2016+National+Finals+b5gDui1u1p3l

Lorsqu’on évoque l’Australie, on oublie souvent les Aborigènes, peuple autochtone de ce pays. Maminydjama Maymuru, bouscule l’ordre établi de la beauté en devenant le premier modèle aborigène à représenter le Territoire du Nord à l’élection Miss Monde Australie. Déjà repérée auparavant, Maminydjama, préfère avant se consacrer à ses études au lycée. Elle se lance plus tard dans l’aventure avec les encouragements de sa communauté. « Je suis une femme comme les autres » a-t-elle déclaré.

Auzouhat Gnaoré

Les + populaires